P-au-P., 17 oct. 2019 [AlterPresse] — Le Prix de la langue française, créé par la ville de Brive, au sud-ouest de la France, a été décerné, mercredi 16 octobre, à l’écrivain haïtien Louis-Philippe Dalembert, pour son roman « Mur méditerranée », apprend AlterPresse.

Le prix, inauguré en 1986, distingue chaque année « une personnalité du monde littéraire, artistique ou scientifique, dont l’œuvre contribue de façon importante à illustrer la qualité et la beauté de la langue française ».

Louis-Philippe Dalembert plonge ses lecteurs dans la réalité de la migration vers l’Europe, un phénomène qui a connu, ces dernières années, une très forte poussée. Il suit trois migrantes qui font la traversée après avoir été chassées du Nigeria par la sécheresse, de l’Erythrée par la dictature, et de la Syrie par la guerre.

Le Prix de la langue française, doté de 10 000 euros, sera remis à l’auteur le 8 novembre prochain, à l’ouverture de la Foire du livre de Brive

Lauréat de plusieurs prix littéraires internationaux, Louis-Philippe Dalembert, auteur de « Le Crayon du bon Dieu n’a pas de gomme », a écrit plusieurs autres livres en français et en créole, dans les catégories poésie, nouvelle et roman, entre autres.

Pour cette rentrée littéraire 2019 en France, « Mur méditerranée », publié chez Sabine Wespieser, fait, par ailleurs, partie de la première sélection du Prix André Malraux ainsi que celle du Prix Jean Giono, deux autres prestigieuses distinctions.

En 2017, Dalembert a été lauréat de deux prix littéraires : le neuvième Prix Orange du livre et le prix France Bleu/Pages des libraires, à la fin du mois de mai 2017.

Né le 8 décembre 1962, à Port-au-Prince, Dalembert a déjà remporté le Prix Thyde-Monnier de la Société des gens de lettres 2013 et le Prix RFO (Radio France Outre-mer) du livre 1999.