La reprise des services religieux est fixée au dimanche 12 juillet, plus de trois mois après leur suspension à cause de la pandémie de Covid-19. En ce sens, la Commission médicale chrétienne d’Haïti (CMCH) exhorte les leaders protestants à comprendre qu’il est impératif de changer de comportements et de pratiques, notamment en ce qui a trait à la distance physique, aux offrandes et à la sainte cène.

« Tous les lieux de culte peuvent constituer un foyer de contamination du nouveau coronavirus, surtout ceux qui ont une forte affluence », a expliqué le Dr Eddy Pépé, président de cette organisation médicale protestante qui œuvre depuis 1975 au bien-être de l’homme haïtien sur les plans médical et spirituel. Pour la reprise des activités religieuses, la CMCH, qui regroupe l’ensemble des professionnels de santé de foi chrétienne protestante, a élaboré un ensemble de mesures visant à limiter la propagation du nouveau coronavirus. Tenant compte des réalités propres aux églises évangéliques, elle recommande la décontamination des lieux de culte avant et après, le port du masque, la distance physique…

« Les responsables d’église doivent faire procéder au nettoyage systématique des sièges des officiants, des bancs ou chaises de l’assemblée, des poignées de portes, des récipients utilisés pour les offrandes et la sainte cène. À l’entrée des églises, des stations de lavage des mains doivent être aménagées. L’équipe d’accueil devrait avoir des flacons de solution hydroalcoolique pour les fidèles avec des encarts leur recommandant de se saluer à la manière japonaise en inclinant la tête et en évitant les accolades et de se serrer la main en signe de bienvenue ou d’au revoir », a proposé le Dr Pépé en entretien au journal ce vendredi.

Pour s’aligner sur les recommandations des autorités sanitaires, la Commission médicale chrétienne d’Haïti invite les leaders religieux à faire respecter la distanciation physique d’au moins 1 mètre. Les fidèles doivent porter un cache-nez en permanence et éviter les déplacements inutiles. « Les gens ne doivent pas se serrer la main », a recommandé le Dr Eddy Pépé, ajoutant : « Pour les offrandes, on ne devrait plus passer les plateaux, corbeilles ou autres récipients de main en main (ce qui pourrait être une source de contamination) mais de les placer à l’entrée ou à la sortie du temple ou à un autre endroit jugé approprié. Pour la sainte cène: la distribution du pain et du vin devrait être faite différemment. Plusieurs options sont possibles: distribution individuelle du pain et du vin, utilisation du hand sanitizer…Ces options et d’autres doivent être étudiées et proposées par les leaders. »

A chaque culte, la CMCH estime nécessaire des séances de 10 à 15 minutes d’informations et de formation au bénéfice du peuple de Dieu. Cette séance est effectuée par un personnel médical qualifié ou le pasteur lui-même qui a tout intérêt à s’informer de l’évolution de la maladie et à se former. « J’aimerais attirer l’attention de tout un chacun sur l’obligation absolue de se protéger personnellement et d’aider les autres à se protéger également. Ayons un comportement responsable! », a déclaré le dermatologue, exhortant les professionnels de santé, membres des églises, de s’impliquer à fond dans les activités d’information et d’éducation en utilisant des canaux de communication avec des messages clairs et précis appropriés à chaque groupe cible de l’église. Ils doivent insister sur les mesures d’hygiène et de prévention prônées par les autorités sanitaires et sensibiliser l’assemblée à toute forme de discrimination à l’endroit des personnes affectées par la Covid-19.