Haïti - Économie : Le FMI et la BM appellent les créanciers à geler la dette des pays pauvres

Le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale (BM) ont publiquement appelé les organisations internationales et les créanciers privés à geler le recouvrement de leurs dettes envers les pays les plus pauvres et à les aider à disposer de plus de liquidités pour lutter contre la pandémie de coronavirus Covid-19. L’appel vise à favoriser un groupe de 75 pays où les deux tiers de la population mondiale sont concentrés dans l’extrême pauvreté.

« Le Groupe de la Banque mondiale et le FMI estiment qu’en ce moment, il est impératif d’apporter une forme soulagement aux pays en développement et d’envoyer un signal fort aux marchés des capitaux » ont déclaré ces deux institutions dans un communiqué conjoint estimant que ce répit permettrait d’analyser la situation et les besoins de chaque pays.

La demande cible les pays qui ont droit à des prêts de l’Association internationale de développement (IDA), qui opère sur l’orbite de la Banque mondiale. Ce sont des pays dont le revenu par habitant est inférieur à 1,175 dollars ou qui, même au-dessus de ce seuil, n’ont pas la capacité de crédit pour recevoir des prêts de la Banque Mondiale. La plupart d’entre eux appartiennent au continent africain ou à la région Asie insulaire. Dans les Caraïbes et l’Amérique Latine sont concernés uniquement Haïti, le Nicaragua, le Honduras et la Guyane, ainsi que les îles indépendantes des Caraïbes : la Dominique, Saint-Vincent, Grenade et Sainte-Lucie.

Soulignons qu’initialement, cette suggestion a été faite par le Président de la Banque Mondiale, David Malpass, aux pays du G20 puis a été ensuite étendue à tous les créanciers bilatéraux. De la même manière, les deux organisations ont proposé de procéder à une évaluation de ce groupe de pays afin de dresser la liste de ceux qui ont une dette insoutenable et de travailler à une restructuration de leurs engagements.

SL/ HaïtiLibre