Haïti - FLASH : Le Venezuela est devenu plus pauvre qu’Haïti

Mardi, une étude publiée par 3 des plus prestigieuses universités du Venezuela : l’Université catholique Andrés Bello, l’Université centrale du Venezuela et l’Université Simón Bolívar, a révélé qu’en 2019, le Venezuela avait dépassé le niveau de pauvreté d’Haïti pour devenir le pays le plus pauvre d’Amérique Latine (Haïti 2e) et le deuxième au monde après le Nigeria.

Outre le Venezuela et Haïti les autres pays dans la région qui ont été placés dans la tranche de pauvreté du tableau sont le Guatemala, l’Équateur, Cuba, la Bolivie et la Colombie.

Le rapport précise que l’économie vénézuélienne s’est contractée systématiquement à plus de deux chiffres au cours de chacune des cinq dernières années, conduisant le pays à perdre plus de 70% de son Produit Intérieur Brut (PIB).

L’effondrement économique a condamné 96,2% de la population à tomber sous le seuil de pauvreté et 79,3% de la population à vivre dans des conditions d’extrême pauvreté, révèle l’étude soulignant que ‘augmentation accélérée de l’extrême pauvreté s’est produite depuis que Nicolás Maduro dirige le pays (2013), passant du niveau de pauvreté de 11,4% (2013), à 20,6% (2014), 29,8% (2015), 50,8% (2016), 63,7% (2017), 76,5% (2018) et 79,30% en 2019.

L’étude avertit que 8 vénézuéliens sur 10 ne gagnent pas assez d’argent pour couvrir leurs besoins alimentaires quotidien, précisant que le pays enregistre un revenu quotidien moyen équivalent à 72 cents américain… Les chercheurs universitaires soulignent que les problèmes économiques des vénézuéliens sont encore aggravés par l’hyperinflation et une carence prononcée dans les services publics, qui condamnent des millions de personnes à souffrir d’un approvisionnement insuffisant en électricité, en eau potable et en transport.

Cette année, la situation va encore empirer, a prévenu l’économiste vénézuélien Orlando Ochoa « Il y a aura encore une chute, à la fois en raison de l’effet du coronavirus et en raison des sanctions et des effets de la détérioration accumulée. » toutefois, il souligne « L’économie du Venezuela s’est effondrée mais pourrait rapidement se développer à nouveau car elle possède des infrastructures et des capacités installées que d’autres pays n’ont pas […] Haïti, par exemple, n’a pas la structure économique du Venezuela, ni le capital des Vénézuéliens à l’étranger» ajoutant « Mais pour récupérer, il faudrait d’abord un changement politique, afin de relancer l’investissement dans le pays. »

SL/ HaïtiLibre