Avec zéro cas confirmé du coronavirus (Covid-19) à date dans le département du Sud, l’administration communale des Cayes en accord avec l’Association des propriétaires et chauffeurs d’Haïti (APCH), dans un avis, a décidé de suspendre le transport public (Cayes/Port-au-Prince) sur la Nationale numéro deux à partir de ce lundi 6 avril 2020 à minuit. À en croire les initiateurs, cette décision est prise dans le but d’éviter la propagation du Covid-19.

Les cas de coronavirus (Covid-19) ne ce cessent d’augmenter en Haïti. Si plusieurs départements du pays ont été déjà touchés, cependant pour d’autres comme le département du Sud, ce n’est pas encore le cas. En effet, pour éviter la propagation de la pandémie, l’administration communale des Cayes et l’Association des propriétaires et chauffeurs d’Haïti (APCH) ont indiqué dans un avis portant la signature de la mairesse adjointe de la commune des Cayes, Marie Claudette Régis ainsi que le responsable de de l’APCH/Sud, Bertrand Banatte, la suspension du transport public (Cayes/Port-au-Prince) sur la Nationale numéro deux à partir du 6 avril 2020 à minuit.

Selon l’avis fait dans la troisième ville du pays en date du 2 avril 2020, « le transport intercommunal s’effectuera en respectant les consignes et principes établis par les autorités sanitaires du pays : distance sociale 1m50, l’utilisation du cache-nez, lavage des mains, etc. » L’administration, qui n’a pas donné la durée de la suspension, a aussi précisé que toute personne violant les principes et consignes sera sanctionnée.

Faut-il signaler, en ce lundi 6 avril 2020, Haïti compte déjà un total de 24 personnes infectées du coronavirus selon le directeur des Laboratoires d’épidémiologie et de recherche, Patrick Dely. Ce dernier a aussi révélé que le pays passe à présent dans la phase de la transmission communautaire de l’épidémie. Dans l’ensemble des cas confirmés, dit-il, vingt (20) sont des cas importés et quatre (4) de la transmission communautaire.

Selon la répartition par département des personnes infectées au Covid-19, à date de la rédaction de l’article, l’Ouest compte un total de 17 cas. Quant à l’Artibonite, le Nord-Ouest et les Nippes, ils ont chacun un (1) cas. Pour ce qui a trait au département du Sud-Est, il en compte quatre (4).

Notons, quelques jours de cela, soit le 24 mars, l’organisation de défense des droits humains, le Collectif « Défenseurs Plus » dans une note avait indiqué que ce serait une bonne chose si l’État pouvait interdire le transport en commun entre les départements, surtout pour ceux ayant des cas du Covid-19 afin de réduire sa propagation.

Si le Collectif s’est montré inquiet en attirant l’attention sur les mesures des autorités étatiques qui ne sont pas respectées au niveau de la population pour éviter la propagation du virus mortel dans le pays, cette inquiétude demeure toujours à cause de la non application des consignes de prévention. En effet, de nombreux citoyens se montrent toujours incrédules. Surtout, il n’y pas de grand changement dans les marchés publics, à l’extérieur des banques commerciales ainsi que dans le transport en commun.

Wisly Bernard Jean-Baptiste