Choisi comme membre de la commission présidentielle chargée de conduire les discussions devant trouver une solution concertée à la situation de crise à laquelle est confronté le pays en ce moment, l’ancien Premier ministre Évans Paul, leader d’un parti politique, soutient que les membres de la commission vont tout faire pour défendre les intérêt du peuple haïtien. Intervenant ce mercredi à l’émission Matin Caraïbes, M. Paul donne la garantie que la commission va travailler pour le pays sans esprit partisan.

Le tâche de la commission sera, entre autres, de faire en sorte que les propositions des uns et des autres expriment les intérêts du peuple haïtien, explique Évans Paul. « Je fais partie de la commission, car  je pense, justement, qu’en situation de problèmes, il faut que des gens prennent leurs responsabilité en essayant de trouver des solutions. Puisque ce ne sont pas les luttes qui vont nous faire avancer… »,  affirme celui qui a été l’un des premiers acteurs à fustiger le comportement du président de la République qui, pour lui, dirige le pays en improvisant.

Évans Paul assimile le problème du pays aujourd’hui à un « cancer ». Ce problème fondamental, à savoir l’inégalité sociale, exposé au grand jour sous l’administration de Jovenel Moïse, s’il n’est pas résolu présentement, résurgira de la même manière à l’avenir. En ce sens, l’ancien Premier ministre croit que c’est une opportunité pour tous les acteurs de dialoguer et de chercher une meilleure solution pour Haïti. Pour y arriver, ces acteurs doivent alors prendre de la hauteur.

Le travail de la commission ne sera pas des plus aisés. Les commissaires devront rencontrer toutes les entités ayant formulé des propositions de sortie crise dont la principale victime est la population, d’après Evans Paul. Ce dernier réitère donc son appel à l’endroit des différents acteurs devant discuter en responsables pour trouver une solution harmonieuse pour Haïti. « Dans le cadre de la commission, nous allons nous mettre d’accord sur une stratégie (méthodologie), des attitudes et comportements à adopter qui correspondent à la mission », soutient-il, arguant que la commission doit faire preuve d’honnêteté, de grande capacité, de dépassement et d’ouverture. Elle doit se mettre à l’écoute, faire la part de choses, tout en travaillant sans  aucune exclusion.