P-au-P, 06 janv. 2020 [AlterPresse] — La Commission nationale de désarmement, démantèlement et réinsertion (Cnddr) en Haïti a présenté, le lundi 6 janvier 2020, à Port-au-Prince, trois fusils d’assauts, plus de mille cartouches, des grenades ainsi que des gilets par balles, entre autres, qui lui ont été remis par un entrepreneur, dont l’identité n’a pas été révélée.

Ce dernier aurait acheté ces matériels et équipements des mains de l’homme d’affaires Arby Frantz Larco, arrêté, le 24 décembre 2019, pour trafic d’armes à feu illégales, fait savoir la Cnddr, lors d’une conférence de presse, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Cette remise d’armes et de munitions fait suite aux appels, qui ont été lancés à toutes celles et tous ceux, qui auraient acheté des armes et munitions, auprès de fournisseurs, dont le citoyen Arby Frantz Larco, arrêté, le mardi 24 décembre 2019, pour trafic d’armes illégales.

1 fusil d’assaut M4, qui ne dispose pas de numéro de série, 2 fusils d’assaut M4, qui ont la capacité de lance-grenades, 240 cartouches de calibre 7.62 mm, 703 cartouches de calibre 5.56 mm, 150 cartouches de calibres 9 mm ont été remis à la Cnddr, a indiqué le commissaire Jude Jean-Pierre.

Les cartouches de calibre 5.56 mm sont déclarées illégales, même en temps de guerre, souligne le commissaire Abler R. Lalanne, un ancien militaire.

La Cnddr a également reçu 11 chargeurs pour fusils d’assaut M4, de capacité 30 cartouches, 3 chargeurs de capacité 100 cartouches, des gilets par balles de catégorie 6, 15 grenades de calibre 37 mm, 7 grenades sonores, 3 couteaux et chapeaux de combats et des lampes de poche.

Le volontaire, un entrepreneur, dont l’identité n’a pas été révélée, se serait procuré ses matériels afin de protéger son entreprise, précise la Cnddr.

« Nous disposons d’assez d’informations sur les personnes, qui ont acheté des matériels auprès de ce citoyen. C’est en ce sens que ce particulier a décidé de nous remettre l’ensemble de ses matériels (acquis) ».

A travers le territoire national, en Haïti, la Cnddr déclare avoir dénombré 11 grands fournisseurs d’armes à feu, dont l’un d’entre eux a été arrêté le 24 décembre 2019, dit-elle.