La troisième ville du pays a connu une journée de manifestation très agitée ce mercredi 9 octobre 2019. Au moins, un jeune garçon est mort après que des individus armés, à bord d’un véhicule, ont ouvert le feu sur un groupe de manifestants.

Au moins un mort et un blessé par balle dans la ville des Cayes ce mercredi 9 octobre 2019. C’est le bilan partiel d’une journée de manifestation très agitée dans la troisième ville du pays où plusieurs milliers de manifestants occupent le macadam quotidiennement pour exiger le départ du président de la République qui, selon plus d’un, a perdu tout contrôle du pouvoir et du territoire haïtien.

Alors que la situation était déjà compliquée dans la métropole du Sud depuis tantôt 5 semaines, l’installation du nouveau délégué départemental du Sud, Serge Chéry, nouvellement nommé par le président de la République afin de calmer la tension des rues a, au contraire, jeté de l’huile sur le feu.

En effet, ayant été informés de la cérémonie d’installation du nouveau délégué départemental, des manifestants et des membres de l’opposition dans le département du Sud se sont regroupés devant le palais de justice des Cayes et ont cadenassé les portes dudit bureau ; question de faire obstacle au déroulement de la cérémonie qui était prévue pour le mardi 8 octobre 2019. Après une journée de mobilisation devant le tribunal de première instance des Cayes, des membres de l’opposition et des partisans du nouveau délégué, malgré les affrontements verbaux, ont vidé les lieux tard dans l’après-midi du 8 octobre. De là, le mouvement a pris une autre ampleur.

Tôt dans la journée du mercredi 9 octobre 2019, les manifestants se sont encore massés devant les locaux du palais de justice, cependant plus agités. Sur leur passage, ils s’en sont pris à la DGI qui a vite fermé ses portes pour éviter des dégâts. Cette situation allait s’empirer avec la mort d’un des manifestants, Belleville Viral, « Ti Wobo » ainsi connu, après avoir atteint plusieurs projectiles provenant d’un véhicule de location de couleur blanche ayant à bord des individus armés. Acte que des manifestants ont attribué aux partisans du pouvoir. Il faut souligner qu’un autre manifestant a été également touché en la circonstance. Il a été transporté à l’hôpital général des Cayes qui a été récemment saccagé par des individus armés.

Afin d’exprimer leur colère, les autres manifestants ont pris le corps de ce jeune garçon tué par balle et ont parcouru plusieurs rues de la ville des Cayes. Sans pitié, ils ont cassé plusieurs vitres de véhicules trouvés sur leur passage et ont incendié certains d’entre eux. Même des motards n’ont pas été épargnés des casses ainsi que quelques entreprises privées. La scène était chaotique ; des individus armés de piques, de machettes et autres armes blanches ont aussi causé de la panique dans quelques rues du Centre-ville.

Edver Serisier