Le ministère de l’Agriculture, dans l’optique de compléter son plan de réponse à la crise du coronavirus, a signé, le 26 mai dernier, un accord avec la firme Agroservice pour approvisionner les producteurs agricoles du Sud en fertilisants chimiques. Il s’agit, selon le ministre, d’un contrat de 65.2 millions de gourdes en échange de 32 665 sacs d’engrais répartis en 20 415 sacs de 100 livres d’engrais complets et de 12 250 sacs d’urée.

Publié le 2020-05-29 | Le Nouvelliste

Ce contrat pour l’acquisition d’engrais arrive environ trois semaines après les deux premières séries de contrats signés avec les fournisseurs de services respectivement pour la préparation de sols et la distribution de semences de maïs, de pois de souche, de pois congo, d’épinard et de calalou gombo dans le département du Sud. Cette quantité d’engrais, selon le ministre de l’Agriculture, Patrix Sévère, devrait permettre de fertiliser un peu plus de 4 000 hectares de terre au niveau des périmètres irrigués allant de la plaine d’Aquin à Les Anglais. En fait, plus de 6 000 agriculteurs sont concernés par cette nouvelle clause. En tant que grossiste, la firme doit assurer la livraison des fertilisants susmentionnés aux points d’approvisionnement indiqués par le ministère de l’Agriculture.

Ce nouveau contrat, selon Patrix Sévère, vise, entre autres, le renforcement des mesures déjà prises par le gouvernement dans le cadre du plan de réponse du ministère de l’Agriculture pour favoriser une augmentation de la production agricole en ce moment spécial dominé par la pandémie de Covid-19.

« Vu la situation d’insécurité alimentaire qui prévaut actuellement dans certaines zones du pays, c’est une nécessité urgente d’augmenter la production agricole sur tout le territoire national », a déclaré le ministre, en promettant de continuer à supporter par tous les moyens les agriculteurs à faire face à cette situation. L’enjeu principal, confie-t-il, est d’éloigner le plus que possible la catastrophe alimentaire annoncée à cause de la pandémie. L’ensemble des actions orchestrées par Damien et certains partenaires techniques et financiers sont de nature à accroitre la production de denrées alimentaires produites localement. « En soutenant les producteurs, l’État haïtien s’engage à réduire la dépendance alimentaire chronique d’Haïti et la pauvreté des ménages ruraux », soutient le ministre.

Ces fertilisants seront à la disposition des producteurs du Sud. Cela fait partie d’un cadre englobant tous les aspects de la production. Pour y arriver, le ministère a bénéficié du support financier de la Banque mondiale à travers le projet Territoire productif résilient (TPR). Avec l’appui d’autres partenaires et des fonds tirés du trésor public, le ministre promet de continuer à multiplier les actions visant à  appuyer le secteur agricole sur l’ensemble du territoire national en mettant à la disposition des producteurs des semences de qualité, des fertilisants et subventionnant ou finançant d’autres services comme la disponibilité de l’eau sur les parcelles.