Le Premier ministre nommé Fritz William Michel devra prendre son mal en patience. « La séance de ratification de l’énoncé de la déclaration politique générale du Premier ministre nommé, Fritz William Michel, prévue pour ce vendredi, est reportée sine die », a informé dans un tweet le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, le jeudi 22 août 2019. Il n’a pas indiqué les raisons de ce report. Le journal a tenté sans succès de joindre le président de la Chambre des députés.

Le député Caleb Desrameaux, vice-président aux séances, a confié au journal que le président de la commission chargée d’analyser les pièces des ministres, Exinor Hermano, a sollicité un délai de 72 heures du bureau pour finaliser son rapport. « Entre lundi et mardi matin, la commission est censée remettre le rapport », a poursuivi Caleb Desrameaux qui a répondu au journal après une soirée avec des diplomates inquiets de la situation. Il y a urgence. Il n’y a toujours pas de gouvernement, pas de budget, de loi électorale pour les prochaines élections, ont noté ces diplomates cités par le député de Tabarre.

« La commission a reçu mercredi des informations de la Cour des comptes sur le statut de cinq ministres du cabinet dont 2 sont des ordonnateurs », a confié au journal des sources proches de la Chambre des députés et de la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif

Le journal a appris que des parlementaires traînent parce qu’ils veulent de nouvelles négociations avec le président Jovenel Moïse. « La Chambre des députés, fort probablement, écartera 5 membres du cabinet pour diverses causes les rendant inéligibles. Il faut que le président Jovenel Moïse renvoie au moins sept ou huit ministres du cabinet de Fritz William Michel », a confié un député sous le sceau de l’anonymat.

« C’est le chantage qui se poursuit », a pesté une source gouvernementale interrogée par le journal. Au palais, a appris le journal, on pense que des changements interviendront au sein du cabinet. Mais cela doit se faire dans le cadre des procédures et non du chantage. « Les institutions, avec des faits, des preuves, sur la base de procédures, doivent établir qui sont éligibles et pourquoi pour que l’on puisse avance », a poursuivi cette source.

Mardi, le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, avait évoqué la loi et les règlements intérieurs de la chambre pour passer outre la demande de sursis de la séance de ratification de la politique générale formulée par des députés de l’opposition ayant saisi la Cour de cassation contre l’arrêt de quitus rendu en faveur du Premier ministre. Ces députés ont aussi reproché à M. Michel de ne pas avoir de décharge (2009-2011) pour le poste de comptable en chef de la Direction générale du budget du ministère de l’Économie et des Finances.

Le Premier ministre nommé Fritz William Michel a déjà reçu une correspondance l’invitant à venir faire l’énoncé de sa déclaration de politique générale par-devant l’assemblée ce vendredi. La décision prise par la conférence des présidents, l’une des trois instances de décision, est conforme à la loi et aux règlements intérieurs de la Chambre des députés, avait confié au journal le président de la chambre députés, Gary Bodeau, le mardi 20 août 2019.

« La séance de ratification est bel et bien confirmée pour vendredi. Maintenant, s’il y a un groupe de députés qui a une revendication par rapport à la séance, il viendra le faire par-devant l’assemblée, l’instance suprême de décision. N’importe quelle lettre d’un groupe de députés au bureau sera lue à la plus prochaine séance », avait indiqué Gary Bodeau.