P-au-P, 13 oct. 2014 [AlterPresse] — Les bailleurs de fonds réunis le 9 octobre à Washington en présence du premier ministre haïtien, Laurent Lamothe, se sont engagés à apporter 52,5 millions de dollars à la lutte contre le choléra, annonce la Primature.

Jim Kim de la Banque mondiale avait annoncé la plus grande part de cet engagement, 50 millions de dollars, à la veille de cette réunion.

Le plan d’élimination sur trois ans de l’épidémie qui sévit en Haïti depuis 2010 nécessite 310 millions de dollars.

Cette séance spéciale sur le choléra a été organisée sous l’égide de la Banque mondiale à l’initiative de l’Organisation des nations unies (Onu).

La réunion a permis de présenter le plan mais aussi d’exposer la situation ainsi que les mesures pour contrer le choléra, explique un communiqué de la Primature.

A cette occasion, Laurent Lamothe, tout en appelant à plus d’engagements de la part des bailleurs de fonds, s’est déclaré « la voix » des victimes du choléra. Il n’a pas évoqué cependant la plainte des victimes ni leur demande de dédommagements et d’excuses formelles de l’Onu.

Selon plusieurs études le choléra a fait son apparition à partir d’une base de casques bleus dans le Centre où les normes sanitaires laissaient à désirer.

Le choléra toujours présent et meurtrier

Parmi 1 800 cas vus de personnes infectées du choléra pour le mois de septembre 2014, 33 décès ont été enregistrés constituant un taux de létalité mensuelle de 1.83% selon les derniers chiffres communiqués par le ministère haïtien de la santé publique et de la population.

Pour le mois d’aout 2014, 1 025 personnes ont été infectées et 13 morts recensés dans les centres de santé. Ce qui implique une remontée relative de l’épidémie dans certains endroits.

Du 1er au 4 octobre 2014, 2 personnes sont déjà mortes sur 123 cas enregistrés. Ces deux morts communautaires sont localisés dans le département de l’Artibonite à Marchand Dessalines.

Du 28 septembre au 4 octobre 2014, le département du Centre est le plus frappé du pays. La commune de Mirebalais a connu 48 cas de choléra, contre 27 pour Cerca La Source, 21 pour Thomassique et 13 pour Cerca Cavajal.

Le système d’adduction d’eau potable est endommagé dans le département du Centre, ce qui pourrait expliquer cette recrudescence départementale. Cela signifie que des gens ont consommé de l’eau polluée pendant plusieurs jours.

Des tuyaux ont été réparés par la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement, confie le Dr Donald François indiquant que du coup, les cas diminuent considérablement.

L’Artibonite représente le 2e département le plus touché, avec 20 cas vus pour Gonaïves et 11 pour Saint Marc et 0 décès. Le 3e est le Nord, avec 10 cas pour le Cap-Haitien et 13 pour la commune de La Victoire.

Du 20 octobre 2010 au 4 octobre 2014, 8 621 personnes sont mortes du choléra qui tend à devenir endémique dans ce pays de la Caraïbe où un plan de lutte contre la maladie, enclenché depuis 2013, peine à montrer des résultats. Pour cette même période, 708 425 cas de choléra ont été répertoriés dans le pays, pour 397 637 hospitalisés.

Avec un taux de létalité globale de 1.2%, Haïti reste le pays le plus touché de toute la planète par le choléra, qui selon plusieurs études scientifiques indépendantes a été introduit dans le pays par des agents de la Mission des nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).