Le ministre des Affaires étrangères et des Cultes a pris part, le mercredi 20 mai, à une séance extraordinaire virtuelle du Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA). Après avoir lancé un « appel à une solidarité régionale plus forte » dans la région, Claude Joseph a égrené les actions du gouvernement et a demandé aux pays de la région de penser à l’après-Covid-19.

Publié le 2020-05-20 | Le Nouvelliste

 

«J’exhorte la région des Amériques à une plus grande solidarité. Au nom des valeurs communes qui nous unissent, nous devons faire front pour combattre le coronavirus. L’OEA a son mot à dire et doit jouer son rôle de premier plan afin de fortifier les bases d’une réponse adéquate aux menaces et défis que pose la pandémie de COVID-19 pour notre région », a déclaré le ministre haïtien des affaires étrangères Claude Joseph, devant le Conseil permanent de l’OEA.

Le chancelier haïtien a présenté ses arguments en vue d’un «plaidoyer en faveur des plus vulnérables » de la région, dont fait partie Haïti. Selon lui, il est également urgent de mettre en place des mesures visant à faciliter aux pays de la région l’accès à l’acquisition et au transport des équipements sanitaires, sans oublier la mise en œuvre de mécanismes d’accompagnement au profit des citoyens les plus vulnérables.

« L’heure est au rassemblement de toutes les synergies de coopération en vue de protéger nos populations. Pour cela, nous devons regarder avec lucidité la crise à laquelle nous faisons face. Nous ne devons jamais perdre de vue que la région des Amériques sera parmi les régions les plus touchées par la pandémie. Nous avons donc une lourde responsabilité face à cette crise sanitaire mondiale », a poursuivi Claude Joseph.

Une prise en charge collective pour faire face aux conséquences socio-économiques de la pandémie

S’adressant notamment au président du Conseil permanent de l’OEA, qui est l’ambassadeur Léon Charles, représentant d’Haïti à l’OEA, Claude Joseph a évoqué les impacts socio-économiques de la pandémie sur Haïti qui se déclinent par la forte réduction de la capacité du secteur agricole national à pourvoir le pays en produits de première nécessité. Il a aussi évoqué, la diminution considérable des activités industrielles, ce qui entraîne une augmentation du taux de chômage.

« Sur le plan régional, je demeure convaincu que la vigilance et la solidarité sont les seules armes efficaces pour lutter contre cette pandémie. Ainsi, c’est de manière solidaire qu’il nous faut penser déjà à l’après-coronavirus. Car, les effets dévastateurs de la crise sur le plan du développement économique et social commencent à se faire sentir. J’aimerais profiter de ce cadre pour encourager une prise en charge collective et responsable de l’après COVID-19 », a déclaré Claude Joseph.

L’appui de l’OEA pour l’organisation des élections

Le ministre des Affaires étrangères a, dans son intervention, fait référence à la volonté exprimée par le président Jovenel Moïse, dans son discours à l’occasion de la 217e commémoration du bicolore, pour réaliser des élections dans le pays pour le renouvellement du personnel politique, notamment le Parlement et les collectivités territoriales. En ce sens, Claude Joseph a solicité l’appui technique de l’OEA avec la participation des principaux partenaires de la région en vue d’atteindre cet objectif.