Haïti - ONU : La République Dominicaine appelle l’internationale à fournir l’aide dont Haïti à besoin

Lors de son discours à la 75ème session ordinaire de l’ONU devant le Conseil de sécurité sur le BINUH le 5 octobre dernier, Roberto Álvarez le Ministre des Affaires Étrangères de la République Dominicaine a déclaré que son pays est extrêmement préoccupé par la profonde crise sociale, économique, sanitaire et politique que traverse Haïti et demandé au Conseil de sécurité des Nations Unies de renouveler le mandat du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) en Haïti, compte tenu de la situation de crise que traverse le pays voisin.

Roberto Álvarez a affirmé que la République Dominicaine maintiendra sa politique de collaboration avec Haïti mais « qu’il y ne peut pas y avoir de solution Dominicaine à la situation Haïtienne ».

« Le Gouvernement Dominicain appelle la Communauté Internationale à fournir au peuple haïtien l’aide humanitaire dont il a tant besoin et les ressources nécessaires pour pouvoir investir dans les infrastructures et dans la création d’emplois » a déclaré Álvarez

Álvarez a souligné l’inquiétude de la République Dominicaine face à la crise que traverse Haïti. Il a évoqué a tenue d’élections et l’absence de consensus sur un agenda politique commun définissant un nouveau cycle électoral « Pour cette raison, « nous exhortons la Communauté Internationale à jouer un rôle plus actif dans l’organisation de ce processus et à étendre le mandat du BINUH, en lui fournissant également les ressources nécessaires à son bon fonctionnement. »

Pour Álvarez « Le BINUH doit faciliter entre les haïtiens un large pacte politique qui garantisse la tenue des élections législatives, qui est la tâche la plus urgente. »

Par ailleurs, le Ministre Álvarez a souligné « les processus politiques et sociaux sur les frontières partagées impliquent ont un impact significatif sur chacune des nations, » ajoutant « le succès des politiques de santé ou de défense nécessite une coordination binationale » rappelant que « Le bon voisinage entre les deux pays ne doit jamais porter atteinte au principe du strict respect du droit international et de chacune des Nations de l’île « insistant sur le fait que « compte tenu de la condition d’Haïti, le soutien de la communauté internationale et des organisations multilatérales est essentiel ».

SL/ HaïtiLibre