En une semaine, le taux de change est passé de plus de 122 gourdes pour un dollar à moins de 100 gourdes pour un dollar. Pour le président de la République, ce renforcement de la monnaie nationale sur la monnaie américaine est le résultat d’un ensemble de mesures économiques prises par son gouvernement. « Yon moun paka pran mache dola a pou jete gouvènman an. Si w dèyè jete nou, nou menm n ap jete w », a lancé Jovenel Moïse dimanche à l’occasion de la 6e édition du programme baptisé ‘’Dialogue communautaire’’.

Peu à peu la gourde se renforce par rapport au dollar. Le président de la République s’en félicite. Jovenel Moïse a promis que le Palais national et la Primature vont respecter à la lettre les décisions économiques qui ont permis cette appréciation de la gourde par rapport au dollar.

Sur un ton plus menaçant, le chef de l’Etat a déclaré qu’une entreprise ne peut pas être à la fois dans le domaine de l’achat et sur celle de la vente de devises et dans un autre domaine. « Kounye a se yon sel biznis nou ba w fè ! Biznis vann lajan an nou koupe sa. Le marché doit refléter le vrai taux de change. Yon moun paka pran mache dola a pou jete gouvènman an. Si w dèyè jete nou, nou menm nap jete w », a fulminé le chef de l’Etat.

« Nous avons observé une chute assez brusque sur le marché des changes où la gourde a repris une partie de sa valeur par rapport au dollar américain », a déclaré de son côté le ministre de l’Economie et de Finances. Selon le grand argentier de la République, il y droit avoir de la cohérence entre ce que fait la Banque centrale et le gouvernement.

Michel Patrick Boisvert a donné la garantie que le gouvernement va respecter ses engagements à savoir : limiter le financement monétaire. Selon le ministre, la dernière décision forte du gouvernement consiste à stopper une série de dépenses non essentielles à partir du vendredi 4 septembre. « La gourde devient plus rare et nous ne mettons pas de gourdes en circulation. Nous n’allons pas financer l’économie à partir d’accumulation d’arriérés », a-t-il dit.

« Nous avons choisi de dépenser ce que nous avons dans le cadre des engagements que nous avons pris. L’Etat va dépenser en fonction de ce qu’il a collecté dans ses caisses surtout pendant la fin de l’exercice… », a assuré le ministre de l’Economie et des Finances.

Michel Patrick Boisvert a souligné que le gouvernement a préféré utiliser les Bons du Trésor public au lieu de recourir au financement monétaire. Les Bons du Trésor contribuent à rendre la gourde rare sur le marché, a-t-il précisé. Toutes ces décisions, selon le ministre, contribuent au renforcement de la gourde…

Si le ministre de l’Economie et des Finances estime qu’il revient aux responsables de la Banque centrale d’expliquer le changement brutal dans le taux de change, le chef de l’Etat a, quant à lui, fait savoir qu’il ne veut pas que les autorités monétaires interviennent pour le moment, mais de continuer à faire leur travail. « Ce que veut la population ce sont des résultats et les résultats sont clairs », a-t-il lancé.