Le Premier ministre Joseph Jouthe s’est octroyé le titre de « premier petrochallenger » et a annoncé la création d’un task force pour « demander des explications » à  tous les ministères, toutes les directions générales, toutes les entreprises et toute personne ayant utilisé le fonds PetroCaribe, mardi 13 octobre 2020.

« Je voudrais m’envoyer  quelques fleurs et vous dire que je suis le premier petrochallenger qui existe en Haïti », a affirmé le Premier ministre Jouthe. Le chef du gouvernement a affirmé détenir  « des preuves » pour soutenir cette affirmation.

Le Premier ministre Jouthe a assuré qu’il utiliserait à bon escient les deux rapports reçus du président du Sénat, Pierre-François Sildor, lors de cette séance de travail à laquelle ont participé cinq sénateurs, dont Patrice Dumont, Gracia Delva, Rigaud Bélizaire, Jean-Marie Ralph Féthière.

« À présent, je vais utiliser ces documents à bon escient et je vais vous informer que j’avais reçu une copie  aussi de la CSCCA. J’ai eu le temps de former, de monter un task force qui travaille dessus et j’ai écrit à tous les ministères et toutes les directions, toute personne individuelle qui ont utilisé ce fonds pour leur demander des explications », a longuement épilogué le Premier ministre Joseph Jouthe, arrivé à la Primature sans ratification du Parlement, dysfonctionnel depuis janvier.

« Probablement, je vais encore revenir au Sénat de la République avec les explications que j’aurais obtenues de ces différents ministères et des différentes firmes de construction avec tout le tralala que cela comporte », a indiqué le chef du gouvernement.

Le sénateur de l’Ouest, Patrice Dumont, interrogé par le journal en début de soirée a souligné que la procédure évoquée par le Premier ministre Jouthe parait être tirée par les cheveux. En ce qui concerne le task force, personne n’était au courant. Le Premier ministre n’a pas dit ce qu’il entendait faire du travail de ce task force.

Le premier rapport a été transmis au Premier ministre de l’époque, Jean-Henry Céant qui s’était fait accompagner de son ministre de la Justice et du commissaire du gouvernement d’alors. S’il y a des choses à creuser, il appartient à la justice de le faire, a rappelé une source. « Sur quelle base le Premier ministre crée ce task-force ? », s’est interrogée notre source, craignant qu’il s’agisse juste d’un « show médiatique » ou d’une arme politique.

Pour le Palais national, le rapport PetroCaribe est plus qu’un épouvantail. Il a été une pomme de discorde entre la Primature de Jean-Henry Céant et le Palais national.