Source Peterson | ashaps.com

L’équipe nationale féminine de football affronte dans le groupe A ce soir (à 7h, heure d’Haïti) au Sporting Park (Kansas City) son homologue du Guatemala dans le cadre de la Gold Cup version dame (appelée encore tour final des qualifications de la coupe du monde de la FIFA, Canada 2015) avant de jouer respectivement les équipes de Trinidad & Tobago et le grandissime favori de la compétition, les USA (pays hôte) pour une place au Canada.  

Basées à Indiana (USA) sous la houlette du sélectionneur Shek Borkowski, les Grenadières sont en passe d’écrire une belle page dans l’histoire du football haïtien. Cependant, les vice-championnes de la Caraïbe n’auront pas la tâche facile. Elles doivent sortir le grand jeu pour espérer composter l’un des trois billets donnant accès à la phase finale du mondial canadien en 2015. A ce sujet, la défenseure de l’équipe nationale s’est montrée très confiante. « A tout venant beau jeu », a répondu Natacha Cajuste joint via son compte facebook.

Privées de matches amicaux, contraintes économiques obligent, les Grenadières s’étaient rendues à Kansas City par voie terrestre, et elles y sont à pied d’œuvre depuis lundi après-midi pour faire connaissance du Sporting Park. Contrairement aux 7 autres nations, Haïti va disputer la compétition avec un groupe réduit (18 joueuses).

Avant le coup d’envoi de cette compétition, Haïti (1393 points) se retrouve à la 60e position dans le classement mondial de la FIFA, loin devant le Guatemala (79e, avec 1313 points). Avec 1505 points, l’équipe de Trinidad & Tobago, championne en titre de la Caraïbe est pointée à la 46e place. Sans surprise, se sont les Américaines qui pointent en tête de la hiérarchie mondiale depuis cinq ans. En effet, les USA (1e) comptent la bagatelle de 2185 points.

Pour espérer aller au mondial canadien qui se tiendra du 6 juin au 5 juillet 2015, les Haïtiennes doivent obligatoirement battre les Guatémaltèques. Avant ce match, les deux protagonistes s’étaient affrontés à deux reprises. A Cancun (USA), le 1e novembre 2010, Haïti avait pris la longueur du Guatemala (1-0) avant de baisser pavillon face à cette équipe de l’Amérique Centrale à Merida (Guatemala) le 28 juillet 2010. Pour l’occasion, l’équipe locale s’était imposée par (2-1) aux dépens d’Haïti.

Le grandissime favori de ce tournoi n’est autre que les USA. En effet, dans le Groupe A, les Américaines affronteront Haïti, Trinité & Tobago ainsi que le Guatemala. Aucune de ces équipes n’a jamais pris part à une Coupe du Monde Féminine, alors que le groupe composé par Jill Ellis (sélectionneuse des USA) compte 11 habituées de l’épreuve. Rappelons qu’en 2011, les Stars and Stripes avaient atteint la finale, avant de s’incliner face au Japon. 

La place des Américaines sur le podium ne fait guère de doute, en dépit de quelques remous au sein du groupe. Ainsi, les États-Unis se préparent à accueillir le Championnat Féminin de la CONCACAF 2014. En cas de victoire, les Américaines participeront pour la septième fois consécutive à la phase finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA.  

Si les Américaines se concentrent sur les échéances immédiates, elles n’en oublient pas leurs objectifs à long terme pour autant. « Nous voulons reconquérir la Coupe du Monde », annonce Rampone, capitaine américaine, qui approche des 300 sélections, et qui est l’une des rares rescapées de la dernière campagne victorieuse des États-Unis, en 1999. L’équipe actuelle compte quelques grands talents dans ses rangs, au premier rang desquels on retrouve l’incontournable Abby Wambach, Joueuse Mondiale de la FIFA 2012, et Alex Morgan, que certains comparent à la grande Mia Hamm en raison de sa technique et de sa vivacité. Autant dire, les équipes d’Haïti, du Guatemala et de Trinité & Tobago doivent s’attendre à souffrir face à la machine que représente cette équipe des USA.

Toutefois, les trois places mises en jeu vont certainement donner des idées à d’autres sélections. La Coupe du Monde Féminine passera en 2015 de 16 à 24 équipes. Pour certaines formations d’Amérique du Nord, centrale et Caraïbes, la route paraît donc plus dégagée. Le Mexique semble particulièrement ambitieux, même s’il lui faudra oublier la cuisante défaite (8:0) récemment concédée aux États-Unis avant d’affronter dans le groupe B, les équipes du Costa-Rica, Martinique et la Jamaïque.

Allez les Grenadières !

Le calendrier du groupe A

Mercredi 15 octobre 2014

Sporting Park (Kansas City) à 7h pm: Guatemala – Haïti:

Sporting Park (Kansas City) à 9h 30 pm: USA – Trinidad & Tobago:

Vendredi 17 octobre 2014

Toyota Park (Bridgeview, Illinois) à 7h30: Haïti – Trinidad & Tobago:

Toyota Park (Bridgeview, Illinois) à 10h pm: USA – Guatemala:

Lundi 20 octobre 2014

RFK Stadium (Washington, D.C) à 6h pm: Trinidad & Tobago – Guatemala:

RFK Stadium (Washington, D.C) à 8h30 pm: USA – Haïti: