Haïti - FLASH Football : Abus sexuel, Yves Jean-Bart, contre-attaque

Yves Jean Bart alias « Dadou » , le Président de la Fédération Haïtienne de Football (FHF) accusé dans un article du quotidien britannique « The Guardian » qui cite des sources anonymes, d’avoir abusé sexuellement de plusieurs jeunes joueuses de football au Centre de la Croix-des-bouquets https://www.haitilibre.com/article-30667-haiti-actualite-zapping.html dément vigoureusement dans un communiqué ces allégations qui ne visent, selon lui qu’à le déstabiliser, nuire à la Fédération et à la famille du football haïtien.

Yves Jean Bart rappelle qu’après avoir tenté en vain de le renverser de la Présidence de la Fédération pendant 20 ans avec des accusations de corruption, ses détracteurs reviennent à la charge, cette fois-ci en s’adjoignant des collaborateurs étrangers, avec un dossier d’abus sexuel sur des mineures.

Texte de Yves Jean Bart :
« ’‘The Guardian’’, un journal d’Angleterre, s’est prêté au jeu des détracteurs nationaux en publiant un article sous un titre suggestif : “Haïti FA president accused of sexually abusing young female players”. ‘‘The Guardian’’ a failli à un devoir d’équilibre pour avoir tronqué dans son article les réponses de Monsieur Yves Jean-Bart à la suite de son questionnaire autour de ce soi-disant dossier, et pour n’avoir pas pris le recul indispensable à toute œuvre d’objectivité. Donc, pour rétablir la vérité, il sera exigé à ‘‘The Guardian’’ de publier ce communiqué dans l’une de ses prochaines éditions.

Pour les observateurs avertis, ce nouveau dossier d’abus sexuel n’étonne pas. La réalité sociologique d’Haïti, les luttes pour la liberté d’expression, le rôle de vigie des organisations de droits humains, notamment féminines, et de la presse, rendent impossible de passer sous silence « des abus sexuels sur plusieurs filles pendant 5 ans et de contraindre de nombreux parents au mutisme durant cette période ». Quelques interrogations suffisent pour comprendre la grossièreté des concepteurs de ce dossier :

1- Qui sont les victimes? N’ont-elles pas une identité et un visage ?
2- Pourquoi aucune plainte n’a été déposée par devant la justice haïtienne ?
3- Pourquoi les auteurs de l’article publié dans ”The Guardian” n’ont-ils pas saisi la FIFA ou la CONCACAF avec les éléments qu’ils prétendent à leur disposition ?
4- Pourquoi ce dossier n’a jamais été ébruité dans la presse haïtienne?
5- Pourquoi aucune alerte n’a été donnée aux organisations des droits humains, notamment les organisations de femmes ?
6- Pourquoi c’est un journal anglais, se trouvant en Europe, qui en parle pour la première fois ?

Yves Jean-Bart réfute ces accusations d’abus sexuel et les place dans le contexte enclenché depuis 20 ans pour l’évincer de la présidence de la FHF. Dès qu’il a eu vent des premières machinations, il avait sollicité du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), en date du 10 mars 2020, de diligenter une enquête autour de ce dossier. Il en avait également avisé les instances internationales du football : la FIFA et la CONCACAF.

Yves Jean-Bart, par la présente, demande à la justice haïtienne de conduire aussi une investigation ; car cet affront vise, au demeurant, la réputation du football national et risque de compromettre l’avenir de centaines de jeunes issus surtout de milieu populeux. Il requiert également de la FIFA et de la CONCACAF, à travers leurs instances compétentes, d’instruire sur ce dossier.

Il convient de noter que l’un des auteurs de l’article publié dans ”The Guardian” et qui apparaît dans une vidéo sur YouTube, n’est pas journaliste. C’est quelqu’un qui, à la manière d’un anarchiste, ne supporte pas l’autorité établie ; pour cause, il ne détient aucun grade universitaire parce qu’il a été renvoyé après seulement 3 mois de sa faculté suite à un conflit avec une professeure. En somme, il parvient à gagner sa vie à travers des livres à sensation et les buzz sur les réseaux sociaux. Afin de ne pas lui conférer une notoriété, son nom n’est pas cité ici. Néanmoins, une documentation le concernant sera acheminée aux autorités judiciaires haïtiennes, à la FIFA et à la CONCACAF.

Tout compte fait, mes détracteurs essayent d’induire toute la société en erreur en basant leur allégation sur un sujet de nature à soulever la passion et à attirer la sympathie à l’égard des mineures. Ces accusations mensongères sont aussi criminelles que les pratiques d’abus sexuel sur mineur. Le dessein des détracteurs vise à s’accaparer la FHF sans passer par la filière des élections. Qu’ils le disent haut et fort !

Enfin, les avocats de la Fédération Haïtienne de Football (FHF), tant haïtiens qu’étrangers, sont déjà à pied d’œuvre à l’effet d’introduire des actions en justice, au moment opportun, contre les détracteurs nationaux et leurs collaborateurs étrangers.

Pour l’histoire et la vérité.

Yves Jean-Bart
Président de la FHF »

HL/ HaïtiLibre